Ou « comment j’ai réussi à passer une soirée avec de très bons photographes sans qu’on grille mon incompétence? »

Mais que sont ces mots barbares? Instagram? Instameet? Igers? Partons du début du commencement.

Instagram n’est autre qu’un réseau social permettant de partager des photos à des amis (et accessoirement la terre entière). Tout l’intérêt de l’outil, c’est d’utiliser un « # » (=hashtag) pour catégoriser ta photo, et être sur que tout le monde y ait accès. Un #lyon (par exemple) permet de retrouver toutes les photos sur Lyon. Instameet, c’est l’acte de rencontrer d’autres instagramers dans la vraie vie. Un instagramer est une personne qui utilise instagram.

(Ce passage était pour ma mère car elle y connait rien et après elle va m’appeler pour me demander ce que tout ça veut dire)

Il y a encore 2 mois, je pensais qu’un #iger était juste un débile qui se prenait pour un tigre sur instagram en oubliant d’ajouter le T. Entre temps, j’ai créé un compte pour le blog, j’y publie des photos de la ville et de ce qui m’y fait marrer, et j’ai découvert ce que #igers voulait dire. La semaine dernière me voilà par miracle conviée royalement à une soirée IgersLyon. Car oui, les meilleurs des IGERS se regroupent entre eux, créent un compte par ville, et sélectionnent les plus jolies photos de la ville à travers toutes celles portant le hashtag #igerslyon dans leur description.

Entourée d’instagramers (=InstaGramERS! AAAAH c’est ça que ça veut diiiiire, rien à voir avec un tigre alors?) qui sont plutôt très populaires (de 1200 à 26000 abonnés), je me demande ce que je fous là (je n’ai que 70 pauvres abonnés que j’ai menacés de mort longue et douloureuse = mes amis et ma famille).

Heureusement, on me rassure très vite. Les 15 plus rapides à avoir envoyé un email pour s’inscrire à cette soirée auraient été sélectionnés plus ou mois d’office. (OK j’ai peut-être un peu menti quand j’ai dit que j’ai été royalement conviée).

OUF!

Moi qui pensais faire partie de l’élite lyonnaise d’instagram, me voilà libérée d’un poids: je n’ai donc rien à prouver pour mériter ma place, il y a probablement d’autres nuls dans le lot. Je m’interroge tout de même: Que va-t’on bien pouvoir faire pendant les 2 prochaines heures? De quoi va-t’on parler? Vais-je me faire de nouveaux copains? Ce putain de vent va t’il cesser de souffler? Pourquoi est ce que je ne connais aucun nom de compte d’instagramer présent? Mais qu’est ce que je fous là déjà?

Un G.O. prend la parole pour éclaircir mes doutes: on va se promener, prendre des photos, puis s’installer dans un restaurant de St Georges. Nous voilà donc partis pour 2 heures de vadrouilles avec notre petit groupe discret de 20.

Point de départ: le jardin des curiosités.

Instameet, bitch. #igljdc

A post shared by Camille Jeanette (@camille.jeanette) on

Passage par les jardins de la visitation.

Nous troublons alors la tranquillité des autochtones pour certains en pleine partie de pétanque et pour d’autres à l’abri du vent sur des transats. C’est alors que je prends pleinement conscience de tout l’intérêt de la soirée: l’émulation créative créée par le groupe. Et je me surprends à me prendre au jeu, spectatrice d’abord, actrice par la suite.

La photo de la #photo de la photo de la photo. #instameet #igljdc #igerslyon #miseenabyme #mindblown

A post shared by Camille Jeanette (@camille.jeanette) on

Comme l’a dit très justement Xavier, l’instameet, c’est la seule soirée où cela semble normal que tout le monde soit sur son téléphone. Car oui, la majorité des photos ont été publiées en direct live (#incroyable). Et je trouve que cette remarque s’applique également au fait que ce soit tout à fait normal que le groupe s’arrête chaque 8 mètres pour prendre une nouvelle photo.

Passage par le théâtre antique.

MAY I HAVE YOUR ATTENTION PLEASE?! #streetart #wallart #onlylyon #igerslyon #igljdc #instameet

A post shared by Camille Jeanette (@camille.jeanette) on

Moi qui habituellement laisse passer parfois quelques photos car je ne veux pas stopper le groupe avec qui je suis, là, je mitraille, me sentant complètement dans mon élément. Ce n’est pas pour autant que mes photos sont exceptionnelles, mais je prends plus de temps pour tester les angles, les réglages de l’appareil photo, les couleurs, …

Puis par la terrasse du restaurant Tête d’Oie.

Coucou. #onlylyon #igerslyon #bonnenuit #igljdc #night #skyline #BIM

A post shared by Camille Jeanette (@camille.jeanette) on

Et c’est après avoir mangé 2 kg de poussière par personne (#tempête) que nous voilà installés confortablement dans la Cuisinerie, bar à tapas français dans le quartier St Georges. Je ne peux résister aux ravioles au foie gras poêlé et à l’idée de publier quelques photos pendant le repas (#pastrèspolipourlesvoisins). Une fois notre repas terminé, après une ultime photo de groupe, je me dirige donc vers mon humble demeure. C’est alors que je m’aperçois avec surprise qu’une de mes photos a été repostée par notre G.O. (qui n’était autre que le community manager d’Only Lyon). CONSÉCRATION!

Je rentre tranquillement cours chez moi et annonce tout de go à mon coloc que je suis devenue une star.

Que désormais je ne vivrai qu’à travers mon appareil photo et instagram, qu’il faut qu’il se prépare à ce qu’on nous arrête dans la rue pour que je signe des autographes et prenne des photos d’inconnus rêvant d’être immortalisés par mon génie. Je le préviens que le standard va exploser, que je vais avoir des milliers d’abonnés sur instagram (comme Super Chinois) et que comme lui je vais être rémunérée par les plus grandes marques pour prendre des photos de leurs produits dans des endroits plus incroyables les uns que les autres.

Always with my #hpx2 @HPEurope #BendTheRules

A post shared by Gérard Trang / Paris , FR (@superchinois801) on

Bilan le lendemain matin de mon arrivée sur la scène internationale de la photographie: +10 abonnés sur mon compte.

Bon.

Alors que je suis prête à prendre un aller simple pour l’Alaska afin de prendre les plus belles photos des plus beaux paysages, je dépose lentement ma carte bleue. Et je réfléchis quelques minutes. Finalement, je la récupère et prends un aller-retour pour Dijon. Ne l’appelle t’on pas « la petite Alaska »? Non? Ah. C’est pas grave.

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.

PS: Si j’étais toi, je regarderais ces comptes là (ils étaient pas forcément tous à la soirée)

Unknown from orient express

PauloPicko

Only Lyon

Igers Lyon

Monsieur Clic

Welsh Laurie

Streetart Lyon

Slo hostel

Delphine Orfevre

Et c’est déjà pas mal.