Ce n’est maintenant plus vraiment un secret, je suis une adepte de ce qu’on pourrait appeler « des trucs de hippie » (si on a envie de faire des raccourcis rapides).

Il y a un peu moins de 2 ans, j’ai découvert le pouvoir un peu foufou de la méditation. Par la même occasion j’ai mis le doigt sur la spiritualité et tout plein d’autres mots bizarres où on sait pas vraiment quoi mettre derrière. Et je peux te promettre que toutes ces découvertes ont sincèrement changé quelque chose en moi.

Mes cheveux ne poussent pas plus vite, je ne suis pas moins bordélique, et je gère -pas encore- mieux mes relations sentimentales. En revanche, ma façon de voir la vie, de réagir face à certaines situations, et mes relations avec les gens ont évolués. Ils ne s’en rendent pas forcément compte, mais en moi, je sens que je ne vis plus les choses de la même manière. Disons que sur l’échelle de la sérénité, je me sens plus proche de Yoda que du diable de Tasmanie.

Bien que je sois toujours un peu agressive quand il s’agit de toucher à ma bouffe (je viens de lire cette anecdote sur la page wikipedia de l’animal sus-nommé). Bref, passons.

Tout cet univers, c’est l’Art de Vivre qui me l’a confié. C’était un weekend de février. Mon ancienne coloc m’avait parlé d’un stage : « l’art du bonheur ». J’étais pas vraiment au top de la montagne de l’happiness, ça tombait donc plutôt pas mal. Sans trop réfléchir, j’y suis allée, et ce, même si c’était à l’autre bout du monde (=OULLINS). C’est pour dire l’état dans lequel j’étais.

Pendant ce weekend là, j’ai appris/redécouvert plein de trucs et de bidules qui font du bien. La méditation, l’écoute (de soi, des autres), l’altruisme (oui, ça s’apprend), et la bienveillance, entre autres.
Depuis, j’ai continué à pratiquer la méditation de manière quasi régulière, et la sagesse qui est divulguée pendant ce weekend là m’accompagne au quotidien. Mais il se trouve que parfois, une piqûre de rappel ne fait pas de mal.

Pas plus tard que la semaine dernière, je suis allée à un atelier-conférence organisé par l’Art de Vivre Lyon. L’objectif de cette soirée était de rencontrer Swami Jyothirmayah, un des collaborateurs les plus proches du Guru Sri Sri Ravi Shankar (je t’avais prévenu que les mots sont étranges, mais pas de panique, c’est normal).

Ça c’est Sri Sri, le Guru de l’art de vivre. Il a créé cette ONG, et depuis il distille sa sagesse, son approche de la non-violence dans le monde entier et scolarise des milliers d’enfants en Inde. Entre autres. Il est venu faire un coucou au Sénat il y a pas longtemps d’ailleurs.

Sri Sri Ravi Shankar

Sri Sri Ravi Shankar et ses citations inspirantes.

Et ça c’est Swami. Regarde à quel point le mec a l’air juste trop sympa! OK, c’est pas le genre de pote trop sympa avec qui t’irait boire des coups après le taff, mais il fait des blagues et c’est quelqu’un de très très très détendu.

Swami et sa bonne bouille

Swami et sa bonne bouille

Je te l’accorde, pour le novice, ça peut faire un peu peur. Des hommes aux cheveux longs, habillés en blanc et qui sourient, on n’a jamais vraiment appris à leur faire confiance en France (#raël). D’ailleurs, aucun de mes potes n’a encore osé me suivre dans cette aventure, et je sens bien les regards mi-terrifiés mi-sceptiques quand je soumets la méditation comme remède au stress.
Swami, lui, il s’en fout des sceptiques. Il s’en branle que t’adhère ou pas. Lui il sait. Il sait que c’est ça la solution aux problèmes du monde. L’amour. L’amour de soi même. Et des autres au passage. Alors il fait une tournée internationale pour transmettre sa sagesse, et il ne cherche pas forcément à te convaincre. C’est tellement une évidence, qu’au final, il sait que tu vas kiffer.

D’ailleurs, il a partagé avec nous ses 7 astuces pour se détendre du slip (c’était pas vraiment dit comme ça mais je traduis), et je suis plus que ravie de pouvoir les partager avec toi. Tu vas voir, c’est tout con, et à la fois c’est très intelligent.

  • Rien n’est permanent.

Tout est éphémère. Réfléchis à ton gros gros problème d’il y a 2 ans qui t’a bien pris le chou. Disparu non ? Maintenant, il est fortement probable qu’aujourd’hui il y en ait un autre qui ait pris sa place, pas de bol. L’idée est donc de relativiser, car tout évolue et rien n’est constant.

  • Prendre quelques minutes pour soi.

Avant de prendre une maxi décision, prend le temps de te poser, ferme les yeux et respire dans le silence. Le silence apporte toujours la clarté, qu’il nous dit Swami. Pas sure que le serveur apprécie cette attitude la prochaine fois que j’hésiterai entre une entrée + plat ou entrée + plat + DESSERT pendant des plombes. Mais tout de même. Efficace.

Pour éviter ça quoi

  • Aider les autres à travers des actes de gentillesse gratuits.

Plus tu donnes, plus tu reçois. La loi de l’attraction tout ça, ça te parle? L’altruisme, c’est une des clés du bonheur. Donner sans attendre de recevoir, pour le plaisir de voir un sourire sur le visage de l’autre. Mon plaisir perso, c’est de donner mes tickets de métro déjà utilisés mais toujours valides à une personne en train d’en acheter. Leur surprise et leur sourire me file toujours un boost d’énergie de dingue! (on fait ce qu’on peut, hein?)

(j’ai trouvé que ça)

  • Rendre notre sourire moins cher.

Un bébé sourit en moyenne 400 fois par jour. Un ado, une vingtaine. Et un adulte… Alors qu’en soi, un sourire ça coûte vraiment que dalle. A part en anti-rides plus tard si éventuellement les rides te gênent. Et il est prouvé que sourire, même quand on a juste envie d’assassiner la terre entière, déclenche des hormones du bonheur. 

  • Méditer.

Tous les jours 20 minutes. Au bout de 90 jours de pratique quotidienne, il y a des cellules qui se créent dans ton cerveau et qui font que tu as des pensées plus positives au quotidien. Entre autres bienfaits super puissants pour ton cerveau. De la magie pure et dure j’te dis.

Si même Don s’y met…

  • Etre toujours dans l’apprentissage.

Avoir envie d’apprendre des gens, de la vie, et ce, dans tous les domaines. Quand on se positionne comme un enfant toujours à la recherche d’une chose à découvrir, avec les yeux grands ouverts et la curiosité sur le qui vive, la vie est beaucoup plus cool. Et on avance plus vite.

  • Pratiquer la gratitude.

Quand on passe notre vie à se comparer aux autres, on crée un manque en nous. On attend toujours plus, et c’est un cycle sans fin où l’on n’est jamais satisfait au final. Alors que quand on est juste content de ce que l’on a, on se détend grave du slip.

Mais avec plaisir mon p’tit

Et pour finir, Swami nous dit que nous ne sommes là que pour une très courte période de temps. Et c’est vrai, quand on y pense: on ne sait pas si on sera toujours vivants dans quelques semaines (cassage d’ambiance). Alors autant commencer à vraiment vivre dès maintenant. Genre là, tout de suite.

Et c’est exactement ce que Laure des Aventurières nous disait à la dernière conférence sur l’échec. Dans le livre « Les 5 plus grands regrets des mourants », ce qui revient le plus souvent, c’est ça: « J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi.« 

Alors, commençons à vivre dès maintenant, ok?